mercredi 15 août 2012

[flash test] Chocolat Elot... au dessus du (E)lot ?

J'avais d'autres idées d'articles à la base mais pour une fois ce sera des bêtes impératifs de temps qui m'oblige à parler de ce sujet inintéressant... enfin inintéressant, je sais pas, je me met dans la peau du type qui a rien a cirer de venir ici pour lire de la chronique chocolaté, mais perso' j'aurai pas été moi [et une belle contradiction dans ce début, une !] j'aurai été un poil tout en joie de lire un truc sur le chocolat dans la mesure où je suis un fan absolu de chocolat... non non non promis je vais pas vous raconter mon odyssée lactée ! Mais il y a un an de cela j'avais eu l'idée de lancer un blog sur le chocolat et tout ce qui touche de près ou de loin à la fièvre de la fève... le temps et les circonstances m'ont empêché de mener ce projet à bien mais en ouvrant cet autre blog je me suis dis que j'en parlerai à l’occasion...

Bref, lundi passage au centre commercial, dans le but d'acheter des biens culturels (un objectif contrarié mais j'en parlerai dans un autre article de ce "découragement culturel"), mais avant passage à Leader Price, un bon dealer de canettes. C'était le dernier lieu au monde où je pouvais tomber sur des produits des îles, et mon attention se porte donc sur un produit à l'emballage rustique mais fleurant bon le charme ancien, le Chocolat ELOT.

Je m’intéresse beaucoup à tout ce qui est produits "étrangers", donc je suis le genre de gars à me pâmer devant une canette de DrPepper, bander en trouvant des Kit Kat de toutes les couleurs ou même proche de l'orgasme devant certaines raretés British ou US. J'avoue que je connaissais pas le Chocolat Elot mais à en lire le paquet ils ont l'air vachement fier "depuis, sa recette unique est jalousement gardée par son Maître-Chocolatier [...]  un vrai moment de plaisir !"... bon c'est un peu fort en cacao les gars mais ils ont tout de même de quoi être fier puisque le produit est produit localement, comprenez par là que on a affaire à du chocolat fabriqué en Martinique par des martiniquais, avec des produits locaux, dans un monde dominé par les chocolatiers européens c'est à saluer !

Bref je prend. [à 1€30 la tablette tout de même]

Minuit arrive, et le coup de barre qui va avec... ca tombe bien il est temps de déguster ces barres ! et là surprise... ce truc à le look de plusieurs Kit Kat collé - ou de barrette de drogue pour les dérangés - des barres la forme... bon c'est bon stop les jeux de mots, il faut pas que je place la barre trop haute. [*pwnd*]

nature on dirait une barre de cannabis....


Bon c'est pas tout mais il est temps de goûter... *crunch crunch crunch crunch*

Alors première constatation qui paraît évident mais auquel j'ai pas fais gaffe : c'est du chocolat noire. Enfin évident... ca l'était pas tant que ca, autant sur un chocolat européen on t'écris en gros "noir" ou "lait", autant là ils se sont contenté de marquer "Chocolat ELOT -pur cacao & Sucre de Canne"... forcément faut fouiner un peu pour savoir, voir attendre l'échéance de la dégustation comme dans mon cas.

Ensuite me viens une seconde remarque... putain que c'est sucré ! non non, pas le "putain que c'est sucré" que tu dis quand tu goute un truc trop miam miam, là c'est plus celui que tu dis quand tu t’aperçois que ton café est trop sucré ou ton couscous l'est aussi, donc forcément il faut aimer le sucre pour aimer ce chocolat... car le sucre -de canne évidement- tu le sent bien plus que dans un chocolat "européen", tu sent même les petites perles ! Ajoutons à cela un cacao qui semble en poudre et plutôt fort et c'est le mot rustique qui nous vient à la bouche (rempli de chocolat, il va de soi)

Et ca tombe bien, c'est ce dont la marque se vante ! car pour parler un peu de ce choco j'ai dû me documenter, et aussi bien sur un site de vente que sur ce blog consacré à la gastronomie d'outremers ils ont ce mot là à la bouche... rustique. Ah mais maintenant que on sait ca, on se rend compte que ce chocolat joue plutôt dans la cour des produits comme le Van Houten, le Chocolat Meunier et autres joyeuseté amer, dont enfant on était déçu quand maman en apportait à la place du Poulain, sans comprendre à quel point on est peu âge pour comprendre ce goût... oui plus on viellait plus on apprécie et accepte les choses amer, aussi bien le chocolat que les mauvaises nouvelle. Ma constatation est donc que ce chocolat doit être savouré en connaissance de cause, donc comme un produit dont les recettes ne manque pas et auquel on y retourne pour des envies d'authenticités, de rugueux et bien loin de nos chocolat qui choient nos gouts. Au premier abord on en est déçu donc mais on en ressort avec la découverte d'une autre vision du chocolat, qui ira compléter la précédente bien sûr - car il est hors de question que je laisse tomber mon chouchou Poulain 1848 Lait feuilleté praliné.

...croqué à un kit-kat entamée !


Bon c'est pas tout mais j'aurai aimé savourer ce chocolat devant un bon livre, sauf que ces chiens d'industriels ont tout fait pour me dissuader... eh bien ca tombe bien, on en parlera dans le prochain épisode !

Chocolat ELOT, 1,30€ à Leader Price - Dreux ; 2,39€ en boutique en ligne.

*pour des raisons de commodités, les photos ont été prise indépendamment de la dégustation, donc le jour*

1 commentaire:

Alors tu peux ajouter ton petit commentaire... mais mais mais mais je suis un vilain censurer alors donc j'applique des conditions aussi abusive que celles d’interdit les commentaire raciste, raciste, insultant, et bien entendu de publicité... ah oui, tu as pas le droit de dire aussi que je suis un fétichiste des chaussures sinon je bute ton chien et je brûle ta maison bou-hou-hou !