jeudi 7 mars 2013

[♪] Grover Washington Jr. - Brazilian Memories

... Bon j'ai envie de vous faire partager ce morceau parce que je veux éviter de donner l'impression que mon blog manque d'actu en ce moment parce que je sais pas... oh et puis d'abords partager de la musique cela me ressemble tellement pas.

C'est vrai quoi, j'ai la fâcheuse manie d'ignorer la question de ce que j'écoute en ce moment, trouvant d'habiles subterfuges pour y échapper, tout autant que je clique très rarement quand quelqu'un me propose d'écouter quelque chose... alors bon, rien de méchant, je suis toujours assez ouvert pour découvrir, mais il y a bien une chose concernant la musique, c'est que je vis dans une espèce de bulle musicale.

Ma bulle musicale, ce n'est pas celle du fan de Tokio Hotel* hystérique qui veut rien voir s'autre en dehors de ce groupe. Ma bulle est vielle. Ma bulle est celle des années 60 énergique et mat, des années 70 déprimante mais riche en riff jazzy, mais surtout des années 80 et de son progrès technique où se mêle haute voltige de jazz et snares percutantes de Linn. Ma bulle est celle d'auteurs ayant (déjà) sacrifié au principe de la musique friqué mais encore assez indépendant pour proposer un son riche et plein de créativité. Ma bulle est celle d'un univers musicale, où les musiciens se connaissaient et partageaient leurs découvertes avec les autres tout en les enjoignant de se surpasser. Ma bulle est celle du grand choc entre les basses voluptueuse des meilleurs crues de Musicman et Fender et du son gras ou à écho des basse synthétique et diffuse. Ma bulle est celle d'une note de Rhodes qui percute l'espace, provoquant de l'écho et se antipaludique dans l'espace, alliance parfaite de la fée électrique, du marteau de piano et de la force du chrorus donnant un croisement du son pour traverser l'esprit et le corps par son intensité.

Alors oui je pourrai vous parler des heures de tous ces grands groupes, de tous ces musiciens qui m'inspire, mais bon... en ces heures très matinales j'avais envie de parler d'un morceau sorti en 1982, d'un certain Grover Washington Jr. Bon ceux qui détestent Kenny G ne me remercient pas d'évoquer ce personnage, mais il reste quand même le co-auteur de Just a Two For Us (ca dis surement rien comme ca mais si je dis "Caprice des Dieux" il va y en avoir qui vont "ah mais oui la musique de la pub du fromage !". Niarff, finalement il a bien fait de mourir en 1999 pour ne pas voir ca le Grover), et surtout une figure emblématique du smoot-jazz.

Alors endormissant oui, pas forcément académique peut-être, mais tellement mélodique... pour rappel nous sommes en 1982, à une époque où les instruments électronique prenaient une place de plus en plus importante... mais à l'instar de son autre art, le jazz-fusion, Grover a habilement mélangé les divers essences et parti prit des instruments. Et honnêtement, quel bonheur d'entendre cette batterie, si jazzy, si velouré, toute en nuance, et se faisant accompagner par la puissance des pads du synthétiseur, remplissant et colorant l'espace, tout diffuse pour laisser place au Rhodes qui place ses notes tels des étincelles pleins de pétillante. A vrai dire c'est surtout l'intro que j'écoute, cette même intro qui m'a convaincu que les tom dans la batterie ne sont pas si useless. Nous sommes en présence d'une musique profane mais aux nuances d'un jazz noble, parfait croisement accompagné par la justesse de Washington au saxophone alto. On dit souvent d'ailleurs que Staney Clarck est capable de faire parler sa basse... il en est de même pour Grover avec son saxo.

Je vous demande pas d'écouter forcément ; mais de réussir à partager une partie de mes émotions sur un morceau dont ses nappes m'inspire me fais réellement plaisir, car c'est là un exemple de comment la musique et mon esprit peuvent se mélanger. Une personne comprendra pourquoi d'ailleurs sûrement.

* Alors oui on entend plus tellement parler d'eux... je paye le café à celui qui aura des informations prouvant qu'ils jouent encore de la musique, ou du moins que les 1D ne les ont pas assassiné à coup de guitare mal accordées.

1 commentaire:

Alors tu peux ajouter ton petit commentaire... mais mais mais mais je suis un vilain censurer alors donc j'applique des conditions aussi abusive que celles d’interdit les commentaire raciste, raciste, insultant, et bien entendu de publicité... ah oui, tu as pas le droit de dire aussi que je suis un fétichiste des chaussures sinon je bute ton chien et je brûle ta maison bou-hou-hou !